Le Saint-Laurent et les gros animaux

Publié le Publié dans Blogue

D’emblée, lorsqu’on pense au fleuve Saint-Laurent, on est portés à penser aux gros animaux qui l’habitent.  À l’esprit de la majorité des gens viennent alors des images de grands rorquals, de baleines à bosse qui sautent, de baleines bleues qui se remplissent la panse de tonnes de krill et que sais-je encore.

Plus rares sont ceux qui pensent alors aux requins.  Et pourtant, l’on retrouve plusieurs espèces de requins dans le Saint-Laurent, même s’il s’agit d’un cours d’eau très froid.

Parmi les espèces les plus communes, il y a les aiguillats. Le noir qui vit dans les abysses.  Et le commun qui fréquente des profondeurs beaucoup plus « raisonnables ».  Il s’agit ici de deux requins plutôt petits.

Mais dans le Saint-Laurent, on peut aussi croiser la route de l’impressionnant requin du Groenland ou du grand requin blanc (très rare).  Deux grandes espèces de requins pouvant atteindre les 6 ou 7 mètres de longueur.

Parmi tous les grands requins du Saint-Laurent, le plus facile à apercevoir est très certainement le requin pèlerin; le deuxième plus grand poisson des océans après le requin baleine.  Le requin pèlerin est un mangeur de plancton.  Il se promène au gré des courants, la gueule grande ouverte, avalant ainsi des quantités impressionnantes de plancton. Ce requin peut mesurer jusqu’à 12 mètres de longueur.  Ses populations sont actuellement en déclin.

Le requin pèlerin est plus facile à apercevoir que les autres espèces de requins du Saint-Laurent car il fréquente surtout les eaux de très faible profondeur.  En bateau, il est facile de le repérer grâce à son aileron qui déchire les flots.

La Gaspésie et la Minganie sont les meilleurs endroits pour l’apercevoir dans le Saint-Laurent.

L’été dernier, alors que je discutais avec des chercheurs de la Station de recherche sur les cétacés que l’on trouve à Longue-Pointe-de-Mingan, des histoires de requins pèlerin m’ont été racontées.  Parce que l’été dernier, plusieurs dizaines de ceux-ci ont été aperçus entre les îles Mingan et l’île d’Anticosti par ces mêmes chercheurs du MICS!

Et cela donne des vidéos comme celle-ci:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *