Profession: caméraman sous-marin

Publié le Publié dans Blogue

anémoneLe territoire détermine les espèces qui l’habitent.  C’est vrai pour les animaux.  C’est vrai pour les humains aussi.  Et Mario Cyr n’a pas échappé à cette règle.  Madelinot d’origine, ce dernier a grandi au contact serré du golfe Saint-Laurent. La mer ne pouvait qu’occuper une place fort importante dans sa vie.

Lors d’une conférence qu’il a prononcée hier soir à Montréal, à l’espace Lafontaine, il rappelait qu’il passait toutes ses vacances d’enfance sur la plage.  « J’enlevais mes chaussures en juin pour les remettre à la rentrée des classes », dira-t-il!

C’est sur cette même plage qu’il a aperçu pour la première fois un plongeur;  à l’époque, il s’agissait de l’un des pionniers du métier.  C’était un Américain qui étudiait les mammifères marins.  Mario Cyr était très intrigué par l’homme et sa drôle d’occupation.  Il voulait en savoir davantage.  Et en savoir davantage signifia pour lui d’attraper la piqûre.

Ses débuts en plongée, Mario Cyr les réalisa en pêchant la moule sous la glace, aux Îles-de-la-Madeleine.  Il raconte qu’à la fin de ses plongées, il était carrément congelé.  Il devait se plonger dans un bon bain chaud pour combattre le début d’hypothermie qui ne pouvait que l’affecter.  Ce problème s’estompa au fil du temps.  « Après quelques milliers de plongées dans l’eau glaciale, mon corps s’est adapté, a-t-il souligné  Et je ne souffre aujourd’hui plus du tout du froid ».

Ça ne date pas d’hier que des cinéastes animaliers ont les Îles-de-la-Madeleine dans le collimateur.   Les blanchons ou les fonds marins de ce coin du monde ont depuis très longtemps suscité l’intérêt des documentaristes.  C’est d’ailleurs en travaillant pour l’un d’eux que Mario Cyr a fait ses débuts en tant que caméraman sous-marin.  « Leur caméraman était frigorifié.  Pour sauver le tournage, je leur ai dit de m’expliquer comment fonctionnait la caméra, que je filmerais pour eux ».  Et voilà, Mario Cyr venait de poser le pied dans le monde de la captation sous-marine.

Depuis, il a bien roulé sa bosse.  Il a parcouru les quatre coins du monde pour filmer des espèces toutes plus spectaculaires les unes que les autres.  Mais, considérant ses débuts en eaux froides, il était prévisible que Mario Cyr se spécialise dans les tournages en milieux arctiques.  Il a passé tout près de deux ans, en tout et partout, dans l’arctique canadien.  Ses images se retrouvent dans le National Geographic, à la BBC, sur la chaîne Discovery, etc.  Il est en nomination pour un prix Emmy Awards pour le film Ice Bears 3D.  Lors de la conférence, les gens ont pu contempler des centaines de ses images.

Les espèces fétiches de Mario Cyr? Le narval, le morse, les grands requins, et, tout particulièrement, l’ours polaire. « J’aime les grosses bibites », lance-t-il à la blague.  Mais les « grosses bibites » impliquent des règles de sécurité sérieuses, car ces animaux peuvent être malgré tout dangereux.  Mario Cyr a d’ailleurs été blessé par un morse qui l’a chargé et il a été impliqué dans un grave accident de plongée en utilisant un recycleur lors d’un tournage sur le Sedna IV en Antarctique.  Il a également dit avoir été témoin de la mort d’un caméraman japonais.  « L’ours polaire est très imprévisible.  Le caméraman était trop près, et l’ours est devenu en un instant très agressif.  Il a chargé le caméraman et lui a donné un coup de patte qui lui a arraché la tête ».

Dans les prochaines semaines, Mario Cyr repartira pour l’arctique.  Le National Geographic tient mordicus à obtenir des images sous-marines du Narval.  « La demande est actuellement grande pour les images nordiques.  On dirait bien que les gens se rendent compte que ces milieux sont sur le point de disparaître. Ils veulent en garder des traces avant qu’il ne soit trop tard ».  Pessimiste, le caméraman? Pas du tout répondra-t-il.  « Je suis un optimiste de nature.  Mais je sais quand même qu’on roule direct dans le mur ».

Patrick R. Bourgeois

Instructeur PADI

Pour plus d’informations, consultez le site du caméraman:  plongeealpha.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *