Lock 21: une belle plongée de novembre

Publié le Publié dans Blogue

Signe des temps dits modernes, le mois de novembre est plus doux que jamais.  En tout cas, dans le coin de Montréal, c’est le cas.  Ça nous a par conséquent donné le goût de remettre notre équipement de plongée à l’eau.  Pour ce faire, direction Ontario.

Mon camarade Patrice connaît bien les sites de ce secteur.  Il a multiplié les plongées là-bas durant 10 ans.

Pour cette sortie automnale, il m’a proposé le Lock 21.  Proposition acceptée!

Ce site d’une profondeur d’environ 60 pieds se trouve dans le coin de Cornwall et de Long-Sault.  Il s’agit donc d’un site qui se trouve dans le fleuve Saint-Laurent.  Au fond des eaux, on y retrouve une ancienne écluse inondée.  Celle-ci fut construite à la fin du XIX siècle.  Elle devint inopérante avec la construction de la voie maritime du Saint-Laurent en 1959, opération qui inonda bien des secteurs, dont celui de cette écluse.

Plonger le Lock 21 n’est pas pour les débutants.  Il y a là un courant puissant qui peut vous mener bien loin d’où vous vouliez aller.  Il faut impérativement maîtriser la boussole pour être certain de revenir à bon port une fois que l’exploration est terminée.  Il faut aussi faire attention aux herbes et autres cordes qui pourraient se prendre dans votre équipement.  Comme si ce n’était suffisant, la visibilité est assez moyenne merci.  Pour ne pas dire médiocre.  Il est rare qu’elle surpasse les 20 pieds.

Sous l’eau, il est possible de voir les vannes de l’écluse, ou le passage où les gens se promenaient, de même qu’une espèce de voie ferrée.  On voit aussi toute la structure de bois de l’écluse.  En contre-plongée, ça donne un coup d’oeil fort intéressant.

Gros bémol par contre:  comme partout ailleurs dans le Saint-Laurent d’eau douce, le gobie à tache noire de même que la moule zébrée sont omniprésents.  Il s’agit de deux espèces envahissantes qui sont arrivées chez nous par l’eau des ballast des navires.  Pour vous consoler, gardez l’oeil ouvert. Car vous pourriez apercevoir quelques dignes individus d’espèces indigènes.  Notamment la perchaude, le doré et l’achigan.

Pour un aperçu de la plongée, c’est par ici:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *