Canal D: C’est confirmé!

Publié le Publié dans Blogue

Nous avons reçu une belle nouvelle ces derniers jours.  Tout le travail que nous avons réalisé afin de présenter un jour nos images à la télévision a porté fruit.  Canal D nous a donné son appui.  On va en production dès les prochaines semaines!

L’automne dernier, nous avions attiré l’attention de Canal D lors des Rendez-vous internationaux du documentaire de Montréal (RIDM).  Notre projet sur le Saint-Laurent avait alors remporté la bourse Canal D.

Cette bourse s’est transformée en contrat de développement dès la fin de l’automne dernier.  Dans ce cadre, nous devions produire un scénario et un plan budgétaire en lien avec notre projet de film sur le Saint-Laurent.  Tout l’hiver, nous avons conséquemment rédigé et imaginé ce à quoi pourrait ressembler notre film.  Le résultat a plu à Canal D.

Dans le cas du budget, notre tache a été grandement facilitée par l’arrivée du producteur CatBird.  Sous la férule d’Isabelle Couture, cette boîte a recruté notre projet.  Leur professionnalisme et leur compétence nous a permis de déposer un budget qui a été accepté par Canal D.

Ce qui signifie que l’été qui vient sera en bonne partie consacré à ce premier film sur le Saint-Laurent.

Grosso modo, ce film relatera l’histoire de Geneviève et moi dans la relation que nous établissons avec le Saint-Laurent.  Nous qui quittons le Plateau Mont-Royal l’été venu, en compagnie de notre fils Simon bien sûr, pour nous installer dans notre roulotte qui se trouve au carrefour de la Manicouagan et du Saint-Laurent.  De là, nous nous lançons sur le fleuve afin d’y découvrir, par l’entremise de la plongée sous-marine, les animaux étranges et beaux qui habitent ces eaux.  Notre but est simple:  parce qu’ils sont méconnus, nous voulons les faire découvrir aux gens.  Notre façon à nous d’aider le Saint-Laurent.

Le film racontera nos aventures, il soulignera les obstacles qui se posent sur notre route et il présentera les découvertes que nous accomplissons lors de nos sorties en mer, et ce, d’Anticosti à Tadoussac, de la Minganie à la Gaspésie.

L’été passé, nous avons fait beaucoup de repérage sur et sous les eaux du Saint-Laurent.  Cette année, on sait donc pas mal ce qu’on veut filmer pour que ça se retrouve ultimement dans le film.  Et pour y parvenir d’efficace façon, j’ai ajouté une caméra à notre arsenal vidéo.  Cette année, nous allons descendre dans les profondeurs marines une Sony A7Sii, alors qu’elle prendra place dans un caisson Aquatica configuré pour la macrophotographie.  Mon caisson Ikelite, à l’intérieur duquel se trouve une Sony Rx100, nous sera toujours utile.  Il nous servira à tourner les plans larges.  Dans cette mission, cette 2e caméra sera appuyée par une GoPro.

12968117_10208889804025016_1685220376458646588_o

L’an dernier, j’éprouvais certaines difficultés à bien voir mes sujets sur l’écran LCD de la caméra.  Surtout en macro, lorsque venait le temps de faire le focus sur l’oeil d’un sujet mesurant un centimètre ou deux.  Afin de remédier à cela, un moniteur-enregistreur externe sera cet été fixé au caisson Aquatica.Ça devrait me donner un très bon coup de pouce!

J’ai très hâte d’essayer tout ça et de vous en donner des nouvelles.  D’ailleurs, tout le long de l’été, vous pourrez suivre la progression du tournage via ce blogue!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *